Créer un site internet

La politique monétaire de l'Afrique du Sud reste inchangée malgré la baisse de note : Trésor

Rgegzerg

L'orientation globale de la politique monétaire sud-africaine reste la même malgré la révision à la baisse de la note de crédit du pays, a assuré lundi le Trésor public sud-africain.

Le gouvernement restera déterminé à une consolidation budgétaire mesurée visant à stabiliser la dette publique en hausse, a déclaré le Trésor, évoquant une promesse du ministre des Finances, Malusi Gigaba.

Ces propos du Trésor font suite à la réévaluation lundi de la note de crédit souveraine de l'Afrique du Sud à long terme en devise étrangère par l'agence de notation Standard & Poor's (S&P), à "BBB-" contre "BB+" précédemment, et celle de la dette à long terme en devise locale, à "BBB-" contre "BBB" précédemment.

Dans son communiqué, S&P a indiqué que sa décision était due au remaniement ministériel effectué par le président Jacob Zuma la semaine dernière.

Ce remaniement marqué par le limogeage du très respecté ministre des Finances, Pravin Gordhan, met en danger les perspectives budgétaires et de croissance de l'Afrique du Sud, a estimé l'agence.

"Nous estimons que les risques éventuels sur ce pays sont en hausse", a déclaré S&P.

"Ces corrections reflètent notre opinion que les divisions au sein du gouvernement de l'ANC ont entraîné des changements de direction, y compris le changement de ministre des Finances, qui mettent en danger la continuité des politiques".

"Cela a augmenté la probabilité d'impact négatif sur la croissance économique et sur les performances budgétaires. Cette intervention sur la notation traduit aussi notre opinion que les passifs éventuels de l'État, en particulier dans le secteur de l'énergie, sont en hausse, et que les plans antérieurs pour améliorer la situation financière sous-jacente d'Eskom pourraient ne pas être mis en œuvre de manière complète et ponctuelle", a commenté l'agence.

Elle met en garde que les risques accrus de dépassement budgétaire génèreront également une pression accrue sur le coût du capital en Afrique du Sud, freinant encore la croissance déjà modeste dans ce pays.

Le gouvernement a pris note de l'annonce de S&P concernant la note de crédit de l'État, a indiqué le Trésor public dans un communiqué.

Si S&P a révisé à la baisse sa note de la dette en devise étrangère, qui sort de la catégorie des placements fiables (Investment Grade), en revanche la dette libellée en rands, qui constitue 90% du portefeuille, conserve sa note Investment Grade, a fait valoir le Trésor.

Cette annonce concernant la notation doit encourager les Sud-Africains à réfléchir à la nécessité d'agir de manière urgente pour accélérer la croissance partagée et le développement du pays afin de relever le triple défi de la pauvreté, du chômage et des inégalités, a commenté le Trésor.

Réduire la dépendance à l'épargne étrangère pour financer les investissements, et le recours à la dette pour financer les dépenses publiques, renforcera la souveraineté budgétaire et l'indépendance économique de l'Afrique du Sud, a-t-il dit.

"Le gouvernement reste déterminé à s'assurer de la poursuite de son travail avec les entreprises, les travailleurs et la société civile pour améliorer la confiance des entreprises et mettre en œuvre des réformes structurelles afin d'accélérer une croissance économique partagée", indique le Trésor.

Source...Xinhua

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam