Créer un site internet

L'UA et la CEDEAO souhaitent la fin de l'impasse politique au Liberia

Liberia election

Les dirigeants de l'Union africaine (UA) et de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) sont arrivés mercredi au Liberia dans le but de mettre fin à l'impasse politique du pays.

À son arrivée, le président de l'UA, Alpha Condé, et son homologue de la CEDEAO, Faure Gnassingbé, se sont entretenus avec les partis d'opposition et le Parti de l'unité, au pouvoir, pour discuter du second tour de l'élection présidentielle du 7 novembre.

Le Liberia est dans une impasse politique suite à des accusations de fraude au cours du premier tour du scrutin le 10 octobre.

La Cour suprême du Liberia a suspendu mardi le second tour de l'élection présidentielle en attendant son jugement sur la contestation des résultats du premier tour par des partis politiques mécontents.

Les parties prenantes des élections locales ont également assisté à la réunion avec les dirigeants régionaux africains mercredi.

Cette réunion doit servir à apaiser les tensions et à appeler les partis politiques à respecter l'accord de paix signé auparavant par leurs dirigeants.

Charles Brumskine, candidat du parti d'opposition Parti de la liberté à la tête de cette contestation en justice, a affirmé que l'élection avait été entachée de fraudes et d'irrégularités, appelant la Commission sur les élections nationales à suspendre le second tour du scrutin jusqu'à ce que l'affaire ait été jugée.

Le Parti de la liberté, le Congrès national alternatif et le Parti de l'unité ont dénoncé des irrégularités dans le processus électoral et affirmé que l'élection présidentielle avait été sabotée.

La plus haute cour du pays a ordonné au Parti de la liberté et à la Commission des élections de déposer leur dossier pour jeudi au plus tard.

On ne sait pas encore avec certitude si la Cour pourra juger l'affaire en suspens avant le 7 novembre, date prévue pour le second tour des élections.

Le second tour doit selon les décomptes publiés opposer George Weah, candidat de la Coalition pour le changement démocratique (CDC), parti d'opposition sorti en tête du scrutin, et le vice-président Joseph Boakai, du parti au pouvoir.

M. Weah, ex-star du football, est donné en tête de la présidentielle avec 38,4% des voix contre 28,8% pour M. Boakai.

Source...Xinhua

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam