Guinée : le gouvernement incite les entreprises à adhérer au schéma de libéralisation des échanges de la CEDEAO

Gt

Dans le cadre de l'intégration sous-régionale, le gouvernement guinéen compte encourager les entreprises à adhérer au Schéma de libéralisation des échanges commerciaux (SLEC) au sein de l'espace de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO).

C'est dans cette optique qu'une rencontre de concertation et d'échange a été organisée vendredi par le ministère en charge de la Coopération et de l'Intégration africaine à destination de plusieurs entreprises nationales concernées par le commerce sous-régional dans l'espace de la CEDEAO.

Selon la représentante du ministère, le SLEC-CEDEAO est un outil opérationnel de promotion de la région ouest-africaine en tant que zone de libre-échange (ZLE), dont le protocole a été adopté en 1979 par les chefs d'Etat et de gouvernement de la CEDEAO.

En août 2017, l'ancien président du Niger et président de la "Task Force" du SLEC Saliou Djibo a effectué une mission de plaidoyer en Guinée pour l'application dudit protocole.

Le gouvernement guinéen a pour sa part entrepris depuis l'année dernière des missions visant à pousser les entreprises à se faire agréer au SLEC-CEDEAO, afin de pouvoir bénéficier de ses avantages et de mieux connaître leurs droits et obligations contenus dans les dispositions du protocole sur la zone de libre-échange.

En comparaison avec plusieurs autres pays de la région, la Guinée ne dispose que de 22 entreprises et de 56 produits enregistrés au SLEC.

Pendant ce temps, des pays comme le Ghana, la Côte d'Ivoire ou le Nigeria totalisent déjà des centaines d'entreprises et plus d'une cinquantaine de produits agrées au niveau du SLEC, avec toutes les facilités liées dans les échanges au niveau sous-régional.

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam