Créer un site internet

Le président sud-africain dénonce les dernières violences publiques

Cyrille

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a déclaré lundi qu'il "condamnait avec la plus grande fermeté" les violences qui ont éclaté dimanche à Johannesburg et ont coûté la vie à deux personnes, affirmant qu'il s'agissait d'un "crime contre notre prospérité".

Deux personnes ont été tuées dimanche après avoir été atteintes par des coups de couteau et poignardées par un groupe de résidents armés d'un foyer dans le quartier central des affaires de Johannesburg.

S'exprimant sur le sujet, M. Ramaphosa a appelé les forces de l'ordre à se montrer fermes face aux individus qui prétendent rendre la justice eux-mêmes.

"Le gouvernement ne laissera pas l'anarchie et la violence sporadiques perturber la sécurité et les moyens de subsistance de millions de Sud-africains et de la majorité des ressortissants étrangers vivant dans notre pays qui sont respectueux des lois et ont le droit de mener leur vie et leurs affaires en paix", a-t-il déclaré dans un communiqué.

M. Ramaphosa a également affirmé que les actes de violence ont eu un impact négatif sur l'économie du pays.

"L'anarchie, les blessures et la mort entraînent un coût psychologique et économique important qui dure longtemps après que les victimes ont été inhumées, les arrestations effectuées et les rues dégagées. Ce coût retarde notre pays et compromet tous les efforts que nous déployons pour faire progresser une Afrique du Sud qui offre des opportunités à tous ceux qui y vivent", a-t-il ajouté.

Douze personnes ont été tuées lors de la récente éruption de violences xénophobes.

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam