Créer un site internet

Burkina Faso : le gouvernement accuse les putschistes d'avoir commandité une attaque "djihadiste" contre un poste de la gendarmerie

694039 000 par8032270

OUAGADOUGOU-- Le gouvernement de transition a accusé vendredi soir les putschistes d'être commanditaires d'une attaque "djihadiste" contre un poste de gendarmerie à la frontière avec le Mali, dans l'ouest du Burkina Faso.

Trois gendarmes ont été tués et quatre personnes blessées, dont des civils, dans la nuit de jeudi à vendredi, dans l'attaque de leur poste à Samoroguan, dans l'Ouest du Burkina Faso, par des individus non identifiés. Un assaillant a également été tué dans l'attaque.

Le gouvernement de la Transition qui condamne cet acte "barbare" et "ignoble", a rappelé dans un communiqué qu'au plus fort de la crise, il avait attiré l'attention des populations sur la mobilisation de forces étrangères et de djihadistes que les putschistes avaient appelés à la rescousse.

Il a soutenu que tous les renseignements obtenus laissent penser à la "continuité" du plan de déstabilisation des institutions de la Transition, fomenté par les putschistes.

Onze chefs d'inculpation ont été retenus, mardi soir, contre les principaux responsables du putsch manqué du 17 septembre au Burkina Faso, à savoir le général Gilbert Diendéré et l'ancien chef de la diplomatie de l'ancien président Blaise Compaoré, le général de gendarmerie, Djibril Bassolé.

"Attentat à la sûreté de l'Etat", "collusion avec des forces étrangères pour déstabiliser la sécurité intérieure", "meurtre", "coups et blessures volontaires", "destruction volontaire de biens" sont les principaux chefs d'inculpation retenus contre les deux hommes.

Sur un total de près de 1300 hommes que comptait l'ex-régiment de sécurité présidentielle (Rsp), auteur du coup d'Etat avorté du 17 septembre dernier, une trentaine de soldats sont toujours en cavale après le désarment.

Face à l'insécurité grandissante, le chef d'état-major des armées, le général Pingrenoma Zagré, avait déclaré, en juillet dernier, que la menace djihadiste sur le Burkina Faso était "une réalité qui n'est pas nouvelle".

Source...Xinhua

Date de dernière mise à jour : 02/07/2021

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam