Créer un site internet

Le Niger exhorte les pays riverains du lac Tchad à mutualiser leurs efforts pour éradiquer Boko Haram

Katambe

Le ministre nigérien de la Défense, Issoufou Katambé, a lancé un appel aux pays du bassin du lac Tchad à mutualiser leurs efforts pour éradiquer définitivement le groupe terroriste Boko Haram, a rapporté jeudi la télévision publique nigérienne.

D'après elle, cet appel a été lancé par M. Katambé à l'issue d'une rencontre mercredi avec son homologue tchadien, le général Mahamat Abali Salah, à Baga Sola dans la province tchadienne du Lac (ouest), après d'importants succès sur la secte terroriste à travers plusieurs opérations conjointes menées ces derniers temps dans la zone.

Le ministre nigérien a fait ce déplacement en compagnie notamment du chef d'état-major adjoint des armées, le général Boulama Issa, afin, a-t-il dit, de "transmettre les félicitations et les encouragements" du président nigérien Mahamadou Issoufou aux soldats de la force multinationale mixe "pour leur bravoure et leur détermination totale à défaire Boko Haram, à travers désormais une guerre sans répit, et afin de consolider les acquis issus de la récente bataille".

Les deux ministres de la Défense ont saisi cette occasion pour discuter de l'évolution des opérations militaires antiterroristes et de la stratégie "visant à éradiquer définitivement Boko Haram dans le bassin du lac Tchad". "La réussite de la lutte contre le terrorisme passe par la mutualisation de nos efforts et de nos capacités", a dit M. Katambé, ajoutant que "le Tchad et le Niger viennent de donner un exemple dans ce sens".

Le général Salah a saisi l'occasion, selon la même source, pour saluer l'excellence des relations entre les deux pays et rappeler le rôle déterminant qu'a joué le Niger dans la réussite de l'opération Colère de Bohoma dans le lac Tchad.

Les localités de cette partie du Niger subissent depuis près de quatre ans les attaques meurtrières de la secte nigériane à partir de ses positions au Nigeria et sur des îles du lac Tchad, qui ont fait des centaines de victimes civiles et militaires et plusieurs dizaines de milliers de déplacés au Niger et au Nigeria.

Après une relative accalmie grâce notamment à l'engagement de l'armée nigérienne et aux opérations de grande envergure engagées depuis près de deux ans par une force multinationale mixte composée des armées du Tchad, du Niger, du Cameroun et du Nigeria, on assiste depuis quelque temps à une reprise des activités de la secte dans cette zone, selon les observateurs locaux.

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam