Créer un site internet

RDC : le gouvernement et l'ex-M23 s'engagent dans la dynamique de paix et de dialogue

M23

KINSHASA --- Le gouvernement congolais et l'ex-mouvement rebelle M23 se sont retrouvés vendredi à Kinshasa pour évaluer les déclarations de Nairobi, signées en décembre 2013 pour mettre fin à la guerre.

Cette rencontre s'est déroulée, en présence de l'Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies dans la région des Grands Lacs, Saïd Djinnit, des représentants de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC), de l'Union africaine (UA), de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (Monusco) et de la Conférence internationale surla région des Grands Lacs (CIRGL).

Cette rencontre est la première à se tenir à Kinshasa entre le gouvernement congolais, à travers le Mécanisme national de suivi, et l'ex-M23 depuis la signature des déclarations du 12 décembre 2013.

"Il y a un début à toute chose. Aujourd'hui, c'est la relance du processus. On espère que ça va aller de l'avant. Et nous y croyons fermement", a affirmé Désiré Rwigema, coordonnateur désigné de ce mouvement ex-rebelle.

Les déclarations de Nairobi comportent une dizaine de points qui sont les engagements à honorer par le gouvernement congolais et l'ex-M23.

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement et le M23 devrait ouvrir la voie à l'application des accords conclus en 2013 à Nairobi, y compris la démobilisation, le désengagement, la réintégration et la réinsertion (DRRR) de plus de 2.000 ex-membres du M23, qui se trouvent toujours en Ouganda, en attente d'être rapatriés en RDC.

Parmi ces accords figurent notamment le retour des leaders politiques du M23 en RDC afin de participer à la vie politique, plus particulièrement au processus électoral.

Le gouvernement relance les négociations avec le M23, afin de l'intégrer dans la dynamique de paix et de dialogue, au moment où l'armée congolaise et la Monusco sont engagées dans des opérations de neutralisation des groupes armés dans l'est de la RDC.

La neutralisation des groupes armés dans l'est et l'intégration du M23 dans la dynamique de paix sont des facteurs déterminants pour la restauration de la paix et l'organisation des élections.

La rencontre de Kinshasa devrait aussi faire baisser la tension entre l'Ouganda et la RDC.

Le gouvernement ougandais a toujours fait des pressions auprès des autorités congolaises pour le retour des ex-rebelles du M23 au Congo.

Source...Xinhua

Date de dernière mise à jour : 30/05/2016

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam